Des Malagasy frustrés travaillent activement sur les réseaux pour ternir la réputation des autres Entrepreneurs et travailleurs indépendants malagasy


#1

Ce n’est pas une histoire toute récente. On sait tous que nous, Malagasy, n’avons pas vraiment bonne réputation auprès de nos collègues étranger. Et ce, auprès des Français particulièrement. La raison est assez simple: On est bon marché avec une qualité qui respecte les normes déjà établis dans le métier du web. Et ça, ça frustre la concurrence.
Si cette histoire devait s’arrêter à une simple jalousie concurrentielle, certaines personnes, dont Malagasy compatriotes, mènent activement une campagne de dénigrement contre tous les travailleurs indépendants Malagasy.
Leur façon de faire est la suivante: Ils montent des faux comptes aux noms Français avec adresse, parcours et vie personnel françaises. Intègrent plusieurs groupes Facebook tant malagasy qu’étrangers sur la thématique de l’emploi et procèdent à des recrutements. Au moment de l’entretien d’embauche, ils commencent à dénigrer la personne ainsi que sa nationalité et avancent que la personne n’est pas digne de la rémunération qu’elle prétend. Suite de quoi, ces soit disant recruteurs inventent des histoires bidons de hackage de site web, d’usurpation d’identité et d’utilisation d’adresse IP. Et tout ça, sans la moindre preuve à l’appui.
Récemment, une de nos collègue a mené sa petite enquête sur ce fait et a découvert que la plupart de ces comptes ne sont pilotés que par une ou deux personnes de nationalité malagasy.
Je vous invite, donc a être vigilent et à bien vous renseigner sur les personnes avec qui vous faites affaire. On est jamais loin des personnes nuisible dans ce milieu.!


#2

Certains prestataires ne supportent pas la concurrence et font tout et n’importe quoi pour mettre des bâtons dans les roues de ceux qu’ils devraient considérés comme des collaborateurs et non des concurrents. S’ils ont du temps à perdre, pourquoi ne s’investissent-ils pas dans l’amélioration de leur prestations.


#3

Quand mm, il faut vraiment avoir du temps à perdre ou etre sacrément tordu pour faire ça…


#4

Eh oui. Si vous tapez “tarif de la rédaction web en 2018 ou 2017”, les résultats bien positionnés sur internet ne donnent pas que sur des indicatifs de prix mais sur de véritables blogs de dénigrement de la rédaction à Madagascar. Dans tous les cas, il faut persévérer car le savoir-faire se fera toujours reconnaître, quand bien même, la concurrence ne le supporte pas.
Plus particulièrement, il faudra désormais s’aligner au RGPD (Règlement Général sur la Protection des Données) valable depuis le 25 Mai dernier sur tous prestataires travaillant avec des ressortissants de l’Union Européenne.