Ces petits boulots formateurs


#1

J’ai lu récemment dans un article sur un site spécialisé de réseautage, un patron qui suite aux diverses échanges durant un entretien avec un postulant, a demandé pourquoi ce dernier n’a pas mentionné les petits boulots qu’il a exercé dans son CV. Ce qui a quelque peu désarçonné le candidat.
Dans un des sujets sur ce forum également, la question des petits boulots a été abordé pour pointer du doigt la culture insuffisamment développée dans ce sens de nos jeunes. Ce qui quelque part limite leur culture entrepreneuriale.

Ainsi, pour les jeunes en quête d’emploi ou de formations, si vous avez l’occasion d’en trouver, n’hésitez pas à les accepter. Ces petits boulots vous apporteront nécessairement quelque chose qui vous sera utile dans votre parcours futur.

Je vous partage ici quelques exemples de petits boulots que j’ai pratiqué dans le temps quand j’étais étudiant ou au début de ma carrière professionnelle, avec les expériences que j’en ai tirées :slight_smile:

  • commis pour un traiteur : apprendre à travailler à la chaîne rapidement, en respectant les critères de qualité, et s’adapter à toutes les conditions logistiques imaginables
  • serveur : respect du client, avec le sourire avant tout même si des fois on vous fait carrément c…
  • collecte et revente de papiers usagés : trouver des marchés insoupçonnés
  • Chauffeur de taxi : faire de la recherche opérationnelle afin d’optimiser le trajet, les délais, le coût …, connaître la ville et les différents endroits utiles…

La liste peut être allongée à l’infini. A vous de compléter :wink:


Entreprendre avec 0Ar (zéro ariary)
#2

J’adore ton post!

En effet, je trouve que les “petits boulots”, souvent dénigrés ou oubliés, sont au contraire extrêmement formateurs!!

Moi-même quand je regarde un CV, je regarde si le candidat en a fait. Et généralement rien. Peut-être qu’ils trouvent ça dévalorisant ou qu’ils n’en font tout simplement pas. Et c’est bien dommage.

J’ai eu des expériences riches et inoubliables de mes petits boulots:

  • J’ai été vendeur en foire et pendant des concerts
  • J’ai vendu des milliers de machines Nespresso
  • J’ai été gardien d’un musée où en fait j’étais plus agent d’entretien qu’autre chose…
  • J’ai fait la caisse et les frites au McDo
  • J’ai fait les mises en rayons dans les supermarchés en France
  • J’ai été animateur pour des jus de fruit dans des supermarchés
  • etc.

Je trouve que ces expériences valent autant que mes expériences entrepreneuriales et qu’ils doivent être un passage obligé pour tout ceux qui démarrent dans la vie, peu importe leur classe sociale. C’est comme ça qu’on apprend la vie et l’humilité!


#3

Oui, nous avons tendance à dévaloriser les “petits boulots” comme on les appelle, c’est un problème généralisé en effet.
Si on ne parle que la vie à Antananarivo, tout le monde a envie de paraître plus que ce qu’il est réellement. On doit suivre les copains autrement on est exclus.
Je vous raconte un exemple d’un vécu de ma cousine, elle multipliait justement les petits boulots à temps partiels (caissière dans les supermarchés, serveuse, …) pendant ses études. Une fois pendant qu’elle était en caisse, une “Star” dont je ne citerai pas le nom était venu payer ses courses et lui disait : “ary mba aingana fa maika aho, hita mihitsy hoe tsy nahita fianarana dia zao no mba asa, tsy aleo ve nahita fianarana ohatra ahy…” qui signifie littéralement : "fais vite, je suis pressée, ça se voit que t’as pas fait beaucoup d’études et que le boulot de caissière était ton unique option, pas comme moi…"
Avec ce genre de mentalité, c’est pas gagné je pense … Les jeunes sont très influençables ! Pour moi la seule façon de les amener à faire quelque chose qui leur sera utile, c’est user de ce trait de caractère… Faut les influencer à travers des choses qui les branchent :slight_smile:
Et donc, pour les convaincre que les “petits boulots” c’est important, il faut passer par des idées qui vont leur sembler “cool”.
Le monde change et verbaliser les enfants et les adolescents pour ce qu’ils font de mal ou incorrect ne fonctionne plus, faut chercher plus loin!


#4

Ah un sujet pour moi,
Oui j’avoue je suis parmi ces personnes qui ne mettent pas les petits boulots dans le CV, mais avant d’entrée dans le monde du profession j’ai eu pas mal de petit job qui m’ont permis d’acquérir beaucoup d’expérience.
J’ai commencé quand j’avais 15 ans, ce n’était pas le hasard mais plutôt l’audace.
J’ai été “plongeur” dans mes débuts et en parallèle j’étais en classe de 3ème BEPC, par la suite j’ai été serveur; réceptionniste; et ce qui m’a marqué le plus c’était mes débuts dans l’animation ( le monde du communication public)
Après avoir eu mon permis de conduire à 18 ans, je me suis lancé pour devenir “chauffeur SP”, mon patron était quelqu’un de connus (dont je ne citerais pas le nom), en contre partie au lieu de me donner un salaire, il m’a proposé de me payé une année de scolarité, une offre que je n’imaginais pas du tout.
En gros, je suis fier d’avoir eu ces petits boulots même si je ne les cites pas ( pour éviter un CV de 5 pages lol)
Voilà ma première contribution


#5

Merci pour ta contribution :slight_smile:


#6

Je suis prof.des Lycées Techniques. Vraiment, je me rends compte aujourd’hui que ce que je suis, sans blague, est dépendant de de tout ce que j’ai effectué hier comme activité, rémunéré à juste valeur ou pas.
Ma prédilection pour le domaine commercial, qui a fini par prendre le dessus sur mes études en philosophie témoigne de ce que mes petits boulots de jeunesse qui consistaient à soit vendre du vin de palme, ou des bâtons de manioc, a occupé tout mon subconscient. Il faut avouer que cette expérience m’aide à aborder mes enseignements avec plus d’aisance. Or quand je fais mon cv.je ne limite qu’à mes boulots formels, comme prof.vacataire, agent mandataire d’assurance. Rarement je mentionne les groupes d’initiative commune de production que j’ai cofondé, ou même, la savonnerie que j’ai créée, qui sont pourtant de grande prouesses, quoi qu’on, mais que j’ose pas citer, parce que ces entreprises étaient informelles.


#7

Je pense que c’est bien dommage que tu les occultes. Il suffit juste de les mentionner. De toute manière, il suffit a ton patron de voir comment tu travaille pour voir si tu as dis vrai ou pas. Enfin, c’est mon avis.


#8

Bonjour,
Pour moi, les petits boulots étaient ma force de vie, c’était grâce à ça que j’ai pu démarrer dans ma vie professionnel,
quand j’étais étudiant à l’université, je n’ai pas eu la possibilité
d’effectuer de stage ni de sortie de groupe, comme quoi grâce à ces
petits boulots d’animateur j’ai acquis de l’expérience dans la technique
de vente, la négociation et les relations publiques, j’ai même
travaillé en tant que taxi-phone. Suite à ces petits boulots Mr Virjie m’a vu pour la première fois vendre mes produits et services qu’il m’a proposé un poste de responsable commercial chez lui, ZTC Sarl. Pour vous dire que les petits boulots ça nous sauve la vie et pour moi dans la vraie vie il n’y a pas de sot-métiers.


#9

Salut tout le monde!
À mon avis, “petit boulot” ou pas, toutes les activités sont utiles. Vivre en communauté nécessite une collaboration et chacun doit avoir sa part de travail à fournir. Patron de boîte ou main d’œuvre, l’un ne va pas sans l’autre. S’il n’y avait que des dirigeants, qu’est-ce qu’ils dirigeraient? Rien du tout. Ça n’aurait pas de sens. Pour moi, l’essentiel c’est d’aimer ce que l’on fait et de se respecter les uns les autres. Quand on aime son travail, on ne peut que réussir, car on se creuse la tête, on a la rage de vouloir réussir et on veut exceller. En tout, on fait en sorte que ça fonctionne.
Pour justifier mes propos, il y a une citation qui dit “petit voleur devient grand voleur”. Si du côté obscur ça marche, pourquoi pas dans le bon sens également? Petit commerçant peut bien devenir grand commerçant, petit boxeur devient grand boxeur, petit bonhomme devient adulte, petite copine devient conjointe, etc . Pour ainsi dire qu’il y a un début à tout et qu’il ne faut pas avoir honte de ce que l’on fait, mais surtout que tous les boulots commencent par un petit et finissent par un grand. Remarquons également que le concept de “petit boulot” ne doit pas avoir d’impact sur sa nature. En effet, on peut bien être petit Directeur par intérim d’une petite boîte et être mal payé, sachant qu’universellement parlant, “petit boulot” désigne un travail précaire ne nécessitant pas beaucoup de qualifications et peu payé.
Je tiens encore à préciser que si petit est devenu grand, c’est qu’il y a eu pas mal à apprendre du petit. En somme, de petit à grand, il y a eu du chemin à faire.


#10

Bonjour à tous,
A mon avis, les “petits boulots” constituent un développement personnel important et à voir dans le parcours professionnels de chaque candidat. Effectivement, ces “petits boulots” forgent des aptitudes non enseigné dans les écoles ou les universités, ils immergent directement la personne dans le monde réel du milieu professionnel. Toutefois, étant un boulot précédé par l’adjectif petit, il génère de petits revenus et est souvent effectué dans de bref délai, dans le meilleur des cas, c’est juste un étape à suivre avant de se lancer dans le boulot de nos rêves. Ainsi, ils sont généralement peu considérés malgré qu’ils constituent bel et bien des expériences à en être fière. Gardons en tête que c’est petit à petit que l’oiseau fait son nid…


#11

Moi je pense que le plus difficile c’est de trouver le petit boulot qui te plaît et qui te permet d’acquérir de l’expérience en même temps (pour les étudiants). J’ai essayé de trouver quand j’étais étudiante et il n’y en avait pas beaucoup que je pouvais faire en même temps. Donc, si on peut trouver, il faut tout de suite prendre sans hésiter!


#12

T’es jamais allé à l’université mytho :stuck_out_tongue:


#13

Travailler dans une banque, ça compte comme petit boulot ? C’était le plus populaire des boulots que mes camarades d’université faisaient en parallèle avec leurs études.

En tout cas, ça t’apprend bien la vie comme il faut de tafer dans une banque :confounded:


#14

@Andriatiana comment ils ont fait pour obtenir le petit boulot?parce que maintenant même pour un stage tu galères


#15

Euuh. En postulant ? Après, c’était il y a une dizaine d’années, les choses ont peut être changé.


#16

et bien ça a changé, maintenant pour que ce soit rapide il faut être la nièce ou le neveu de quelqu’un ou bien se faire remarquer :frowning: J’avais postulé dans une banque pour mon stage de fin d’études, le Directeur Marketing avait fait une conférence à mon école et j’ai pu obtenir un rendez-vous facilement parce que j’avais animé la conférence. Quand j’y suis allée, j’ai vu les ressources humaines rayer toute une pile de CV! :frowning:


#17

Andriatiana: Tafer dans une banque n’est pas la question. La question c’est “tafer dans une banque en tant que quoi?” Quel était le poste occupé?


#18

En tant que banquier :laughing:

Pour un étudiant qui n’a même pas son diplôme encore, y a pas 36 métiers qu’il peut faire dans une banque : assistant caissier ou un truc du genre. Un petit boulot quoi. Après, c’est une porte d’entrée si on veut continuer dans la banque.